Immunothérapie orale

Immunothérapie orale

Polly-allergies

Polly-allergie

Affiche des 14 allergènes

ALLERGODIET-Groupe de diététiciens nutritionnistes spécialisés en allergologie - 2017

Allergodiet : un groupe de travail de diététiciens nutritionnistes en allergologie Revue Française d'Allergologie.

Résumé

Cet article propose une définition du métier et une description des activités des diététiciens nutritionnistes (DN) impliqués dans la prise en charge des patients présentant une ou des allergies alimentaires. Des rencontres entre ces DN, les ont amenés à constituer un groupe de travail (GT). Ce GT Allergodiet, sous l’égide du GT en allergie alimentaire (GTAA) de la Société française d’allergologie (SFA), réunit des DN francophones, provenant de divers horizons (établissements de santé, collectivités territoriales…) impliqués dans l’allergie alimentaire (AA) au cours de leur pratique professionnelle. Ce GT a développé deux principaux axes de travail : la prise en charge nutritionnelle des patients souffrant d’AA et l’amélioration de leur accueil (principalement chez l’enfant) en restauration collective, selon les obligations légales d’affichage des allergènes. Allergodiet élabore des recommandations en coopération avec le GTAA, le GT allergie en milieu scolaire et le « Groupe de réflexion en éducation thérapeutique de l’enfant AA » (GRETAA). Allergodiet souhaite constituer une référence dans ses domaines d’expertise. Le groupe a débuté une élaboration d’outils consensuels (conseils d’éviction, documents d’équivalence…), pour améliorer la prise en charge de l’allergologie alimentaire au quotidien. Ces outils évolueront au fil des avancées scientifiques et des nouvelles réglementations.

INCO : ex des collèges du Doubs

Règlement INCO : application en restauration collective, exemple des collèges du Doubs

Revue Française d'Allergologie12 March 2019…E. CapelliJ. -M. RameA. Doc
Résumé

Une collaboration entre la diététicienne du département du Doubs et le Réseau d’allergologie de Franche Comté (RAFT), a permis de former tous les personnels des collèges du Doubs à l’accueil des élèves allergiques alimentaires dans les restaurations scolaires, ainsi qu’à l’affichage des allergènes conformément au règlement INCO. Plusieurs enquêtes menées auprès des participants ont mis en lumière une forte satisfaction vis-à-vis de cette formation, ainsi qu’un taux d’affichage des allergènes de 100 % dans les collèges, deux ans après les sessions.

Réduire le risque de réaction par l'INCO

Le règlement INCO peut permettre de réduire le risque de réactions allergiques alimentaires à l’école

Revue Française d'Allergologie24 February 2017… G. PouesselV. Grandjean-CecconC. Lapeyre-Santos
Résumé

Le règlement no 1169/2011 dit INCO actualise, simplifie, harmonise et clarifie l’étiquetage des denrées alimentaires commercialisées dans l’Union européenne. Il optimise l’affichage de la présence des 14 allergènes à déclaration obligatoire dans la liste des ingrédients des produits préemballés et la lisibilité de ces allergènes. Il rappelle aussi la nécessité de limiter les mentions volontaires « de précaution » des industriels en cas de risque de contamination fortuite par des allergènes majeurs. Désormais, l’obligation de mentionner les allergènes s’applique également aux produits non préemballés. Ainsi, tous les acteurs du domaine alimentaire et notamment en restauration scolaire sont concernés. Ces avancées peuvent permettre de faciliter la prise en charge des enfants avec une allergie alimentaire en milieu scolaire même s’il faut encore améliorer la lisibilité de l’étiquetage des allergènes et encadrer davantage le recours aux étiquetages de « précaution ». Les informations apportées par l’application de ce règlement doivent être intégrées aux programmes d’éducation thérapeutique du patient. Il reste primordial que les pouvoirs publiques soient vigilants sur l’application en vie réelle de ces dispositions et que le personnel de la restauration soit formé à la mise en œuvre de ce règlement.

Les conséquences nutritionnelles des évictions

Les régimes d’éviction peuvent entraîner des conséquences nutritionnelles chez certains patients souffrant d’allergie alimentaire (AA). Chez l’enfant, les aliments en cause constituent souvent la base de leur alimentation, en particulier le lait de vache et le gluten chez le nourrisson et les risques de carence augmentent en raison d’évictions multiples dans les polyallergies alimentaires. Ces évictions peuvent entraîner des carences d’apports à différents niveaux : énergie, nutriments, vitamines et minéraux. L’alimentation de ces enfants doit être particulièrement surveillée et l’apport des produits diététiques, notamment les laits de substitution ou aliments « garantis sans allergènes » parfaitement maîtrisés. Les apports nutritionnels quantitatifs seront régulièrement contrôlés et l’équilibre alimentaire respecté. La prescription et le suivi des régimes d’éviction doivent donc reposer sur l’expertise conjointe de l’allergologue et la diététicienne. Les AA de l’adulte concernent essentiellement des allergènes végétaux et posent peu de problèmes de carences nutritionnelles à l’exception de la farine de blé.

Accueil des élèves en collectivité

Revue Française d'Allergologie24 February 2017…J. -M. RameA. DocE. Lalaurie
Résumé

Allergie alimentaire (AA) et restauration collective : comment améliorer l’accueil des élèves ? Bilan de l’expérience menée en Franche-Comté

L’accueil des enfants allergie alimentaire (AA) en restauration collective rentre pleinement dans le champ du Projet d’accueil individualisé (PAI). Si les personnels de l’éducation nationale peuvent bénéficier d’un encadrement médical, les personnels de restauration qui servent et parfois confectionnent les repas, dépendent de collectivités locales et ne sont donc que très rarement formés aux bonnes pratiques de l’accueil des enfants AA. Le Réseau d’allergologie de Franche-comTé (RAFT) a élaboré et proposé une formation à ces personnels. Cet article présente sa méthodologie, les outils développés et son évaluation. À ce jour, 23 sessions de formations ont été réalisées dans la région, permettant de former 439 personnels, de la petite enfance au lycée. Le questionnaire d’évaluation qui comprenait 11 questions avec la possibilité de remarques spontanées, a été adressé à 127 des personnels de collèges formés. Soixante et un questionnaires (48 %) ont été renseignés. Les personnels ayant répondu au questionnaire affirmaient majoritairement avoir acquis de nouvelles connaissances en particulier sur l’étiquetage des allergènes. Ils maîtrisaient mieux les procédures à mettre en œuvre préconisées dans le PAI. Ils se sentaient mieux armés pour accueillir un enfant AA. Ils avaient une meilleure connaissance des différents intervenants et pourraient suite à cette formation accueillir davantage d’enfants AA sans panier repas. L’élaboration d’une formation qui fut évolutive, en pleine concertation avec tous les acteurs concernés et s’inscrivant dans un cadre institutionnel, a contribué à son succès. De nouvelles sessions de formation sont programmées, toujours assurées par le personnel du RAFT. Un partenariat devrait permettre d’étendre prochainement cette action à toute la Bourgogne-Franche-Comté. Nous souhaitons que cette expérience acquise puisse être reprise dans d’autres régions.

Aliments cuits, quel intérêt pour l'immunothérapie ? - 2017

Aliments cuits, quel intérêt pour l’immunothérapie ?

Revue Française d'Allergologie17 March 2017…A. JuchetA. Chabbert-BroueR. Pontcharraud
Résumé

L’allergie alimentaire au lait et à l’œuf est très fréquente et invalidante chez l’enfant. Elle n’évolue pas toujours spontanément favorablement. Dans les cas les plus sévères, il peut être intéressant de réintroduire d’abord les aliments cuits mélangés à la farine. L’introduction des aliments cuits est le plus souvent bien tolérée : 70 % des enfants allergiques au lait ou à l’œuf peuvent tolérer le lait ou l’œuf cuit. L’ingestion régulière d’aliments cuits va permettre d’accélérer la guérison de l’allergie alimentaire et d’améliorer la qualité de vie de l’enfant et de sa famille. Cette introduction d’aliments cuits est faite le plus souvent après un TPO hospitalier initial, mais parfois à domicile dans certaines formes d’APLV non IgE médiée ou d’allergie alimentaire à l’œuf modérée.

Alpha-Gal

Qu'est-ce que c'est ?

L’Alpha-Gal est un résidu de sucre présent dans les protéines des viandes et des abats de mammifères (les rognons en sont très riches). La sensibilisation à l’alpha-Gal se produit souvent suite à une morsure de tique : l’organisme produit alors des anticorps (IgE) envers cette glycoprotéine (que l’on appelle l’allergène). A noter que le rôle exact des tiques reste encore flou.